AEFE | Au Liban, 11e édition des Rencontres chorales de la chanson francophone

Rencontre francophone liban

Comment la francophonie est-elle vécue au Liban et est-ce que sa signification est demeurée la même tout au long du siècle dernier? Les motifs du choix d'une langue sont, certes, très variés et, au Liban, ils dépendent de facteurs socio- politiques qui ont évolué à travers l'histoire.

rencontres qualité efficience une éventuelle rencontre en anglais

Le choix du français s'expliquerait, d'une part par une bonne maîtrise de la langue de l'autre qu'ils avaient appris à manipuler dans des établissements scolaires où l'enseignement était donné en français, d'autre part par la fascination de l'idéal de démocratie et de liberté représenté par la France héritière du siècle des Rencontre francophone liban : « La France, écrit Chekri Ganem, une figure éminente de l'époque, a été presque toujours le chevalier du monde civilisé, le Christ laïc des nations » 1.

Cette fascination se conjuguait avec un profond engagement national. L'objectif était d'éveiller les consciences à l'appartenance à la nation arabe et d'inciter les peuples de la « Grande Syrie » à se soulever contre le pouvoir ottoman.

Ainsi Najib Azouri publie à Paris, enLe Réveil de la nation arabe, considéré comme le premier manifeste du nationalisme, et un groupe de poètes et d'essayistes fonde « Le Comité Syrien » qui milite pour « la libération de la Syrie et son accès à l'indépendance, sous l'égide de la Rencontre francophone liban et avec son aide et sa garantie » 2.

La Syrie, à l'époque, désignait un territoire géographique qui comprenait les provinces d'Adana, d'Alep, de Damas, de Beyrouth, de Deir el zor, ainsi que Le Liban et la Palestine avec la presqu'île de Sinaï 3. Le soutien de la France est capital : « elle donnerait à la Syrie et au Liban, avec la liberté et la prospérité matérielle, le plus beau rôle qu'un pays puisse jouer : celui de sentinelle avancée de la civilisation » 5.

Rencontre au Liban

Aussi, Syriens et Libanais, très souvent associés, parfois même confondus dans les écrits de Ganem, doivent-ils par reconnaissance à la France qui soutient leur effort de libération « communier sous toutes les espèces cherche femme de menage a bordeaux la grandeur de l'âme française, s'élever à sa hauteur, crier leur ferveur, leur admiration et leur inébranlable fidélité » 6.

En somme, l'attachement à la France, et par suite à sa langue et à sa culture était dû largement à l'appui qu'elle accordait à la cause nationale.

L'organisation du 9ème Sommet de la francophonie à Beyrouth est un signe politique et d'amitié fort manifestant le soutien de la France dans une période difficile. Elle révèle aussi la place de la langue et de la culture françaises au Liban, entretenue par notre présence culturelle active. Le sommet de la francophonie : un franc succès.

La francophonie, voire la francophilie, était synonyme de militantisme national, tel rencontre francophone liban le souligne un eminent sociologue, Selim Abou, dans un essai sur le bilinguisme au Liban: « C'est dans la langue française que le sentiment national allait trouver son expression la plus directe La langue française devient l'arme principale de la lutte pour la libération du Proche-Orient rencontre francophone liban » 7. Les écrivains de la première génération, pour qui la poésie fut un genre de prédilection, étaient unanimes sur le dénigrement du Turc, la glorification de la civilisation arabe et la sympathie pour la France.

Poète chevalier de l'Arabie préislamique, Antar est devenu sous la plume de l'essayiste-poète le symbole du peuple arabe site de rencontre finya de contre l'occupant. Sa mort à la fin de la pièce est une promesse de résurrection, car L'avenir d'une race et d'un pays n'est pas Dans rencontre francophone liban homme, fût-il l'arbitre des combats, Le roi rencontre google talk monde.

Rien n'arrête un peuple en marche. Je le vois monter de marche en marche, Du levant, au couchant, dans un tel flamboiement Que l'astre d'or pâlit, au sein du firmament 9. A Tépoque du mandatle climat politique change. Les intellectuels libanais étaient confrontés à un problème d'identité.

En effet, le concept de la nation syrienne ne faisait plus l'objet d'une adhésion unanime, l'opinion publique était partagée entre défenseurs et contestataires de la « Grande Syrie ».

Ces derniers revendiquaient les frontières naturelles, historiques et économiques du Liban qui devait constituer un État autonome afin d'éviter sa dissolution dans son entourage arabo-musulman. Comment comprendre ce revirement de la pensée politique chez une partie de la population et quels en sont les facteurs déterminants? La référence à l'histoire s'avère ici obligée. En juinrencontre francophone liban prince Fayçal, fils de Hussein, avança à la tête de son armée formée de tribus arabes, et il conquit la Palestine et la Syrie.

Le 31 octobreil se proclama, à Damas, roi des Arabes. Une lecture de La Revue Phénicienne devenue, enla tribune d'un groupe de penseurs, de poètes et d'écrivains qui exprimaient en français leur enthousiasme pour un Liban souverain, nous aiderait à éclairer l'état d'esprit d'une bonne partie de la population à l'époque. Une méfiance irraisonnée de l'hégémonie arabe se laisse sentir à travers les articles : l'indépendance syrienne n'est pour Charles Corm, le fondateur de la revue, « qu'un asservissement sous le joug de l'Arabe » Un tel propos blesse, certes, l'oreille du Libanais, aujourd'hui, mais il faudrait éviter les jugements précipités et essayer de replacer les faits dans leur contexte historique.

Si l'on considère que ce n'est qu'en que le concept de la nation arabe est lancé par Najib Azouri, on pourrait constater que la notion d'arabité n'avait pas été encore suffisamment ancrée dans les esprits, et que sa consécration dans une réalité socio-politique ne s'était pas encore réalisée. Arabité et Islam pouvaient toujours, par ailleurs, être confondus ; les résonances religieuses du mot arabe étaient plus fortes que ses résonances nationales ; à une époque où l'identité nationale était incertaine, l'identité religieuse était la plus prégnante.

Autour de Charles Corm s'est formé un groupe de poètes et d'écrivains qui ont lancé le mouvement du Libanisme phénicien.

Le chef du Hezbollah met en garde contre une escalade des tensions contre Israël • FRANCE 24

Ils exprimaient un rencontre francophone liban d'adhésion à la « Grande Syrie », une exaltation de l'antique Phénicie érigée comme principe d'identité nationale, et un profond attachement à la France : « Dans une Syrie telle qu'elle s'avère aujourd'hui ouvertement, le Liban réclame son indépendance, pleine et entière, tant au point de vue économique qu'administratif.

Il réclame la reconstitution de ses frontières nécessaires Il réclame la tutelle de la France » 11écrit Charles Corm avec détermination. La francophonie était devenue synonyme d'allégeance à la France et d'hostilité à l'arabité ; elle devait en pâtir durant de longues décennies.

Les pages de La Revue phénicienne sont jalonnées de références à la France « protectrice des faibles, civilisatrice des peuples, mère de toutes les justes libertés » Un des auteurs, qui préfère garder l'anonymat, confie avec beaucoup de ferveur son enthousiasme à l'arrivée des troupes françaises à Beyrouth : « Incapable d'attendre, je dégringole pendant la nuit les pentes du Liban, je veux être le premier à Beyrouth pour saluer le drapeau des saintes libertés Dès avant l'aube et jusqu'à la nuit noire j'attends sur les quais, j'attends vainement Je saute dans une barque, je monte à bord, j'embrasse ces inconnus plus chers que des parents L'admiration pour la France rencontre francophone liban poussée jusqu'à la sublimation qui se laisse deviner à travers une description exaltée d'un défilé de cavaliers français dans les rues de la capitale : « Fringants sur leurs chevaux cabrés, ils vibraient de bravoure contenue, de mâle audace et d'intrépidité.

Ils avaient le feu sacré, ils donnaient le feu sacré! Ces gens là, nom de Dieu! D'autres plumes sont moins passionnées et en appellent à l'histoire pour expliquer l'amitié franco-libanaise qui remonte loin dans le passé, jusqu'aux premières croisades!

Rencontre au Liban : Rencontre sérieuse ou pour amitié

Et qui se perpétue à travers les âges : « Combien de fois, à travers les siècles, le sang des croisades, le sang des armées napoléoniennes, le sang des troupes expéditionnaires dele sang français toujours, a coulé pour notre cause, et s'est mêlé avec le nôtre en de noces héroïques » D'autres écrivains invoquent des raisons d'ordre culturel et anthropologique en constatant l'identité d'âme et de pensée qui lie les Libanais à l'Occident latin 16!

Nous ne voulons pas dire que nous sommes meilleurs; mais nous devons dire que nous sommes certainement différents » Ce chauvinisme est d'autant plus provocateur qu'il oppose l'esprit éclairé des Libanais de la montagne à l'obscurantisme des Arabes.

C'est dans cette atmosphère embrouillée et trouble que s'était épanouie la littérature francophone sous le mandat. Mots français, mots du clair parler de douce France; Mots que je n'appris tard que pour vous aimer mieux [. Francophonie, dialogue des cultures et ouverture à l'universel Avec le changement de la situation politique sous l'indépendance fondée sur un concensus national, le français, adopté comme langue de l'enseignement et dont la diffusion fut généralisée grâce à l'essor de l'école publique, était devenu pour une grande partie de la population une langue de culture, un véhicule de valeurs humanistes et un moyen d'ouverture rencontre francophone liban l'universel.

Amenés à s'interroger sur leur choix et sur la relation qu'ils entretiennent avec leur culture d'origine rencontre francophone liban que sur la place qui leur revient dans la culture d'adoption, ces écrivains affirment leur double appartenance, vécue non pas comme un déchirement mais comme une complémentarité entre deux mondes, entre deux civilisations qui se sont développées sur les deux rives de la Méditerranée.

Écoutons Nadia Tuéni, une grande figure rencontre francophone liban la poésie libanaise de la deuxième moitié du XXe siècle : Poètes étrangers ou poètes du Liban?

un homme cherche une femme calme à brest site de rencontre gratuit saguenay lac st jean

Telle est la question politico-culturelle qui sans cesse se pose à nous qui écrivons en français dans un pays où il existe une langue officielle autre, dans un pays naturellement inscrit dans ce vaste monde aux mille chaos qui s'étend « du Golfe à l'Océan ».

Produits éphémères d'une génération de colonisation? Produits de luxe des missions culturelles? Née sous le mandat français, Vénus Khoury Ghata avoue aimer le français autant que l'arabe tout en déclarant écrire l'arabe en français : « Mes dialogues sont de l'arabe écrit en français.

France-Liban : histoire d'une rencontre

J'ai intégré la langue arabe dans la langue française : la forme de la phrase est française mais le contenu est arabe » Salah Stétié, chez qui la poésie se baigne à la source de la mystique musulmane, justifie son choix du français comme langue de « l'invention », « de la réinvention », par un besoin d'ouverture à l'autre : « Épouser l'autre, pour si autre qu'il fut, l'épouser et lui faire l'enfant du miracle, voilà bien le projet » Écrire en français est, dans cette optique, transporter son identité dans la langue de l'autre fécondée, dès lors, par une sève nouvelle puisée à une vision du monde qui, quoique différente, n'est plus étrangère mais complémentaire.

La langue française procure à ces écrivains, qui se veulent des éveilleurs de conscience et des témoins vigilants, la distance nécessaire pour une méditation lucide sur les malentendus de l'histoire dans cette région du monde où la diversité est vécue très souvent dans l'harmonie, mais parfois aussi, dans les périodes critiques, dans le déchirement et la violence.

Elle se détaxe de toute francophilie, et c'est peut-être un hasard révélateur que, malgré la parenté des noms, Georges Corm l'auteur de La Mue, roman publié à Paris enet Charles Corm, le théoricien du Libanisme phénicien, avec un peu plus d'un demi siècle d'écart, se situent à une position parfaitement antinomique l'un par rencontre francophone liban à l'autre.

appli rencontre en ligne cherche femme saint florent des bois

A rencontre de son devancier proclamant sa francophilie inconditionnelle, Georges Corm critique la politique française au Liban pendant la guerre et s'arrête sur le problème de l'intégration des Libanais émigrés en France.

Francophonie et mondialisation De nos jours, malgré les percées de l'anglais, langue de la technique et des affaires, la francophonie demeure une composante essentielle de l'identité culturelle libanaise.

Elle ne se réduit pas au seul fait de parler ou de faire usage de la langue française ; elle exprime plutôt une adhésion aux valeurs d'une pensée humaniste élaborée à travers les siècles par des philosophes et des écrivains : Montaigne, Descartes, Voltaire, Hugo, Sartre et Malraux pour ne citer que les plus connus. L'usage du français n'est point chez le Libanais un facteur de déchirement identitaire ; la double appartenance est vécue comme une symbiose entre deux langues et deux cultures qui, situées de part et d'autre de la Méditerranée, n'ont jamais cessé site de rencontre noirs désirs dialoguer.

De ce dialogue émerge une nouvelle culture que Stélio Farandjis désigne par rencontre francophone liban joli terme — « arabo-francophonie » — et que Michèle Gendreau-Massaloux, Rectrice de l'A. En effet, sous son visage négatif, la mondialisation se définit comme une globalisation, et la culture qu'elle véhicule est une « culture rencontre francophone liban » caractérisée par la standardisation et l'uniformisation.

rencontre gratuite cahors technique approche site de rencontre

Le Liban ainsi que le monde arabe, en général, n'échappent pas à son influence. Une simple observation de la réalité quotidienne nous en fournit plusieurs exemples : les jeunes ont tendance à privilégier le « jeans » et le « hamburger » ; le « Hard Rock », tout étranger à l'oreille arabe, conquiert un grand nombre de fans parmi les nouvelles générations ; la mode est aux « vidéo-clip » où, à l'exception de la langue l'arabetout : le décor, la danse, la tenue vestimentaire des interprètes, fait penser à l'Occident américain.

Ce ne sont là que des exemples futiles ; mais les effets de la mondialisation sont observables à des niveaux plus élevés. Ainsi, nous assistons à une américanisation progressive des structures de l'enseignement rencontre francophone liban et à la prolifération de nouvelles universités privées, presque toutes anglophones.

Le régime semestriel est adopté, et on tend à privilégier, sous prétexte de plus de malléabilité, les programmes universitaires construits sur le système des crédits ; l'objectif est de donner à l'étudiant un rencontre de femme rapide informationnel juste suffisant pour lui permettre d'exercer une profession.

Ce qui aboutirait à un enseignement qui ne touche que la surface de l'être sans contribuer à le former en profondeur.

Désormais, la notion de culture cède la place à celle de la compétence dans un domaine bien défini.

femme cherche homme polynesie site de rencontre gratuit pour femme africaine

L'art n'est-il pas gratuité? Le plaisir serait-il possible sans la gratuité et l'arbitraire? Or, dans la « culture globale », tout doit être monnayé pour trouver sa justification.

Photo Anaïs Renevier Mise à jour Pourtant, de plus en plus de Libanais font le pari de l'investissement digital, en espérant faire de leur capitale un «hub» technologique.

Aussi, certains observateurs pessimistes présagent-ils « l'agonie de la culture ». Les cloisons s'élèvent, désormais étanches entre les divers domaines du savoir, alors que les progrès des nouvelles technologies continuent de surprendre les esprits.

Ce qui porte à s'interroger sur l'avenir de la science et de la technologie et à sonner l'alarme pour attirer l'attention sur la nécessité d'une éthique, faute de quoi tout progrès serait néfaste.

La conscience des dangers d'une mondialisation fondée seulement sur le progrès technologique et sur la supériorité économique et militaire menaçant d'extinction tout autre modèle de civilisation, s'exprime sous des formes multiples au Liban et dans le monde arabe, en général.

  • Au Liban, le pouvoir aux ambassades
  • Rencontre internet rendez vous
  • Le système éducatif libanais est bilingue arabe-français ou arabe-anglais.
  • Rencontre equipe de france euro 2021
  • Cherche une femme à oran
  • Site de l'Université Saint-Joseph de Beyrouth - USJ
  • France-Liban : histoire d'une rencontre - Actualités - Collège de France

L'intégrisme musulman en progression, même parmi les intellectuels, peut être considéré comme une réaction contre l'hégémonie d'une culture conquérante, par un repli identitaire. Le passéisme de l'islam intégriste serait un refuge contre une mondialisation impérialiste.

L'avenir de l'humanité serait-il comme l'a prédit Huntington — est-ce un hasard qu'il soit américain?! Le choc des civilisations dominera la politique mondiale. Les lignes de fracture entre civilisations seront les lignes de front de l'avenir ». Le spectacle du monde, tel qu'il s'est dessiné à la suite de la catastrophe du 11 septembre qui a fait basculer le « rêve américain », en apporterait-il la confirmation? Affirmer le conflit des civilisations comme un badoo site rencontre france inévitable serait négliger une vérité de plus en plus évidente : l'impossible étanchéité entre les cultures et les civilisations dont les imbrications et les enchevêtrements se multiplient à cause des nouvelles techniques de communication, de telle sorte que « l'identification » se substituerait à « l'identité rencontre francophone liban, laquelle n'est plus donnée a priori et accomplie, mais reste en voie d'accomplissement et, par conséquent, en état de renouvellement perpétuel grâce à l'apport d'une altérité avec laquelle elle est inévitablement en contact.

Aujourd'hui plus que jamais, la langue française est appelée à jouer son rôle non seulement d'instrument de modernité, mais de médiateur culturel. Grâce à elle le dialogue peut s'établir avec les peuples de la communauté francophone dans les cinq continents.

rencontrer des filles dans à villeurbanne un homme cherche un amant dans à boulogne billancourt

Une meilleure connaissance-reconnaissance et une meilleure coopération entre le monde arabe et les pays d'Afrique, par exemple, serait assurées grâce à la médiation du français et de sa culture. La nécessité s'impose de renforcer la présence du monde arabe dans le champ de la coopération francophone, afin de contribuer à la construction d'une mondialisation positive qui serait l'ouvrage de tous et où tous les peuples, toutes les cultures seraient des actants et non pas des vassaux. Ce qui ne serait possible sans le respect d'une démocratie entre les États qui garantit les droits des plus faibles au développement économique, et rétablit la justice dans l'ordre de la politique internationale.

Le Liban se rêve Silicon Valley du Moyen-Orient

Face à une mondialisation triomphante, la France montre une volonté de consolider ses rapports avec les pays francophones, les liens culturels pouvant assurer une assise solide à un dialogue efficace.

Une nouvelle politique française en matière de francophonie se développe ; elle met l'accent sur la complémentarité, la diversité et sur le respect des spécificités culturelles. Le terme « francopolyphonie » 24 lancé par le Secrétaire du Haut Conseil de la francophonie exprimerait à merveille cette réalité. Cette nouvelle francophonie est appelée à jouer un rôle particulier dans le monde d'aujourd'hui, dans la mesure où elle est le contraire d'une culture hégémonique.

Elle se voudrait complémentaire d'un multilinguisme d'autant plus impératif dans un monde devenu un village planétaire.